jeudi 7 juin 2018

Exposer l'art dans les salons.


     Lorsque l'on souhaite exposer aujourd'hui de l'art (peinture, sculpture, installation...) il est difficile de ne pas penser aux salons qui fleurissent dans toute la France, en Europe et ailleurs. l'artiste y expose moyennant finance (à des prix parfois très élevés, à savoir, 1000, 2000 euros et parfois bien plus selon la taille du stand). Difficile donc d'y aller sans hésiter...
    Certains de ces salons vont être sélectifs, d'autres beaucoup moins, avec en tête surtout la vente des emplacements. Il est de la sorte très compliqué pour l'artiste novice ou peu intéressé par toutes ces considérations financières de choisir un salon plutôt qu'un autre. Parfois, il ne choisit plus, il pense à d'autres lieux, des lieux où l'échange désintéressé est plus possible, ou l'achat d'une oeuvre se fera parce qu'elle vient après une rencontre, un début de lien et non pas parce que la couleur bleu ou le collage c'est "trop joli"! "trop tendance"...

J'aime l'art qui construit du lien, des pensées, des émotions (toutes et pas seulement les "toutes mignonnes" qui sont en fait des non-pensées, des émotions contraintes, maîtrisées).
J'aime l'art qui n'est pas "que" technique, j'aime l'art qui est coeur, entrailles, cerveau...me risquerai-je à dire "viscères"...
J'aime l'art qui bouscule, qui dérange, qui surprend, qui donne à réfléchir.







vendredi 12 janvier 2018

Qu'est-ce qu'une oeuvre d'art?



Au fil de mes lectures...Je me pose la question de ce qu'est une oeuvre d'art. Je cherche, je m'interroge, je me questionne...

Henri Maldiney, philosophe, donne une réponse, dans Ouvrir le rien, l'art nu. Cette réponse peut aussi être lu comme une énigme, le début d'un nouveau questionnement.


 "Une œuvre d’art -si elle est une – est incomparable. Non seulement elle n’est l’image de rien, mais elle n’offre aucune image d’elle-même – au sens ou Heidegger dit «qu’un étant se manifeste immédiatement comme image» et que «le mode le plus courant de se former une image est l'intuition empirique de cet étant». «Image désigne aussi, dit-il, en un sens second, le décalque ou la copie d'un tel étant et ce décalque peut à son tour être reproduit». Quel qu'en soit le niveau ou l'étage, il n'est d'image que d'une objectité : objet ou archétype objectif. Or une œuvre d'art n'est pas un objet, elle existe. Son existence ne consiste pas à se mettre en vue mais à donner à voir et à être. L’art n'est pas un objet de représentation. Il est une forme de présence. La présence n'a pas de signe."

Henri MALDINEY, Ouvrir le rien, l’art nu. Editions encre marine, 2000. p. 27