vendredi 4 octobre 2019

Bougainvilliers

Bougainvilliers (acrylique sur toile de lin - 73x60 cm)

     Je me souviens que le bougainvilliers tombait en cascade sur les murs du patio de ma grand-mère. Sa couleur se mêlait à celle des étoiles blanches du jasmin.  Les fleurs embaumaient l'intérieur de la maison.

      Comment représenter ce souvenir coloré et parfumé? J'aurais pu choisir de représenter les coroles rose fushia, mais ce qui me revenait surtout c'était la couleur, "les couleurs" devrais-je dire, et le mur, presque invisible,  entièrement recouvert de fleurs. L'émotion, c'était bien la couleur et les parfums.

     Dans ce tableau abstrait, le rose plus ou moins saturé se mêle aux touches de bleu du ciel et du jaune de la façade. Les chemins de noir sont le souvenir de ce qui n'est plus et qui revit grâce au pinceau.

     L'odeur était sucrée, entêtante, surtout le soir, dans l'atmosphère tiède de la nuit. Peut-être que les parfums peuvent aussi se peindre...






dimanche 29 septembre 2019

Pluie





     Sur cette photo, les gouttes de pluie glissant sur les carreaux me font penser à l'automne. J'adore ces petits ruissellements délicats....petits chemins sur la vitre qui m'évoquent la fraîcheur, l'herbe mouillée, les feuilles rousses, les larmes aussi.

      La nuit est tombée peu à peu sur Paris.

     J'entends un saxophone qui joue du jazz en bas, dans le salon. 

     La pluie, le jazz, la nuit font à eux trois un bel ensemble.


Crédit Photographique: E. Opigez

samedi 28 septembre 2019

Berthe Morisot au Musée d'Orsay

Berthe Morisot, Autoportrait, 1885, huile sur toile, 61x50cm


     Il y a de cela vingt cinq ans, la mère d'une amie m'avait offert une biographie de Berthe Morisot écrite par Dominique Bona. Je découvrais la femme avant de découvrir ses tableaux. La biographie est bien écrite. Berthe Morisot était presque un personnage de roman.
     Ce qui m'intéressa chez elle, c'était sa volonté de créer malgré la nécessité de devoir cacher un temps ce qu'elle faisait. 
     Elle devint une figure importante du mouvement impressionniste tout en restant par la suite dans l'ombre des Monet, Renoir, Pissaro... Ah, la, la, être une femme et créer quelle drôle d'idée...

      La rétrospective qui s'est tenue au Musée d'Orsay à Paris, je voulais la voir. Je voulais observer de près les tableaux, les coups de pinceaux, les couleurs. Quel dommage pourtant qu'il y ait tant de monde devant les oeuvres. Beaucoup de visiteurs prenaient en photo chacune d'entre-elle, laissant à l'objectif voir ce que leur oeil n'avait pas le temps de découvrir. 
     Je suis grande, heureusement... j'ai pu voir certains morceaux de tableaux entre crânes dégarnis, téléphones portables et chapeaux... Mais je reste déçue par une telle affluence (les impressionnistes sont très prisés même un samedi matin...).
     Dans la dernière salle, Berthe Morisot nous regardait, très belle, la posture fière. Elle était en train de travailler, tenant palette et pinceau. Cette salle était presque vide. Les visiteurs sortaient rapidement pour s'engouffrer vers les stands de cartes postales, magnets et objets en tout genre installés à la sortie de celle-ci.

     J'irai revoir les tableaux de Berthe Morisot au Musée Marmottan Monet un autre jour. il n'y a pas toutes les toiles exposées par le Musée d'Orsay certes, mais je pourrai m'approcher des coups de pinceaux et des couleurs plus librement. Et puis, j'irai saluer le bel autoportrait.



jeudi 26 septembre 2019

Guardamar...souvenir de ce qui n'est plus.

                                  
Guardamar 1 (  Acrylique sur toile de lin - 92x73 cm) 


Guardamar del Segura, celui que je connaissais n'est plus...

Dans les années 70, enfant, j' allais dans le petit bois de pinèdes qui bordait la plage de Guardamar del Segura avec mes parents, mes arrières oncles, mes arrières tantes, mes cousins, cousines pour déguster une paëlla les dimanches du mois d'août. C'était la liberté, le citron qui giclait sur les gambas et les visages. En dessert, une pêche délicieuse nous rafraîchissait.
J'entends encore les cigales, le bruit des vagues. Je sens les pins, le sable brûlant les pieds. Je vois le ciel turquoise et l'ombre merveilleuse des pins.

...Aujourd'hui, des immeubles gigantesques ont remplacé les arbres qui empêchaient la mer d'avancer sur les terres. Il  reste des arbres certes, mais si peu par rapport à avant. Peut-être n'est-ce qu'un ressenti, peut-être pas...

Guardamar celui "qui garde la mer"...



Bougainvilliers

Bougainvilliers (acrylique sur toile de lin - 73x60 cm)      Je me souviens que le bougainvilliers tombait en cascade sur les murs du p...