Translate

mercredi 9 décembre 2020

L' histoire de l'album Les yeux de givre


 

          J'avais depuis longtemps l'histoire de ce nouvel album dans la tête. Les yeux de givre, c'est l'évocation d'un inconnu qui vit dans la rue et qui, silencieusement, regarde autour de lui sans rien demander.

         L'an dernier, ma rencontre avec un sans domicile fixe près de chez moi à Paris a rendu la réalisation de cet ouvrage encore plus nécessaire.

        Un jeune homme s'était installé en face de ma fenêtre, à la sortie d'une grande surface. Il restait assis et ne pouvait  se  déplacer sans l'aide d'une béquille . Un chien de type dogue argentin nommé Siriac l'accompagnait toujours. L'homme se révélait sociable et, un jour que je lui apportais un sac de croquette pour son chien, nous commençâmes à parler. Plusieurs fois par semaine, mon mari et moi lui proposions des biens dont il avait besoin pour survivre dans la rue. Car dans la rue, on ne vit pas, on survit.

     Au bout de quelques mois, une année en tout, il pu trouver un petit logement. Il me dit avant de partir que s'il avait pu se relever c'était grâce à toutes les personnes qui l'avaient aidé en lui parlant et en lui proposant des indispensables à la vie: nourriture, produits d'hygiène...

     Nous pensons à lui parfois. Je l'ai revu l'an dernier très différent de celui que j'avais connu. Il me faisait de grands gestes pour me saluer de l'autre côté de la rue. Je m'approchais. Il me dit qu'il allait mieux. Cela me fit plaisir. Siriac était toujours à ses côtés. 

     Avec Les yeux de givre , je souhaitais raconté l'histoire d'un homme qui regarde et qui rêve à une autre vie, d'un  homme qui n'attend rien ou peut-être une parole, le début d'un lien.

   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour le prix d'un ticket de métro

       Pour commencer l'année 2021, une jolie surprise du Voyageur internautique qui, par la voix d'Olivier Issaurat, a publié sur s...